Questions Inachevées : Réflexions sur le Sommet de Nairobi et la Décennie de Réalisation

Hon. Antonio Rosario Niquiceest un membre du Parlement mozambicain élu depuis 2004

 

'Hon. Antonio Rosario Niquice est un membre du Parlement mozambicain élu depuis 2004. En plus d'être un champion #RightByHer, il est également membre d’Action Mondiale des Parlementaires et le président de la Region Afrique de la Fédération Internationale pour la Planification Familiale (l’IPPF RA). 


 

Lors du sommet de Nairobi, des partenaires du monde entier ont pris l'engagement audacieux de mettre fin à tous les décès maternels, pratiques néfastes, besoins non satisfaits en matière de planification familiale et de violence basée sur le genre d'ici 2030. L'équipe de #RightByHer s'est entretenue avec l'Hon. Niquice du Mozambique, pour réfléchir au Sommet et à la mesure dans laquelle la décennie de réalisation aura du succès. 

 

Il n'y aura pas de ICPD50. Les femmes et les filles du monde entier ont attendu assez longtemps pour avoir des droits et des choix. À l’horizon 2030, nous entrons maintenant dans une décennie de livraison au cours de laquelle nous allons tenir le débat et nous demander des comptes à tous, conformément aux engagements que nous avons pris à Nairobi.

 

Amb. Ib Petersen, Envoyé spécial du Danemark pour la CIPD25.

 

HL : Quelles sont vos impressions sur le Sommet de Nairobi CIPD25 ?

AN : Le Sommet de Nairobi a été un espace important pour permettre aux diverses parties prenantes du domaine de la population et du développement de se réunir et d’examiner ensemble le Plan d’Action de la CIPD, 25 ans après son élaboration. Nous sommes venus ensemble pour célébrer les succès obtenus dans le domaine de la population et du développement. Pour l'IPPF RA et nos partenaires, nos célébrations ont été axées sur les progrès réalisés dans le domaine de la santé et des droits sexuels et reproductifs plus spécifiquement. Ce fut également un moment pour nous de réfléchir aux lacunes qui subsistent encore ; ceux qui signifient encore que les femmes et les filles continuent de perdre la vie à cause d'avortements à risque, de mortalité maternelle et de mutilations génitales féminines.

 

HL : Que peut-on retenir de cette conférence pour l'IPPF RA

AN : Alors que nous célébrons et renouvelons notre énergie, nous devons réfléchir à de nouvelles façons novatrices de travailler ensemble. Nous avons vu des exemples intéressants d’obtention de financement auprès des sources nationales, locales et communautaires, y compris le programme phare de l’IPPF RA, African Citizen’s Initiative. Nous avons vu des Premières Dames africaines, des journalistes et des parlementaires travailler main dans la main avec les jeunes et la communauté religieuse pour faire progresser la santé sexuelle ainsi que la santé en matière de procréation sur le continent, y compris le projet « La Condition de la Femme Africaine » de l’IPPF RA. Je quitte le Sommet de Nairobi avec un défi positif et me demandant à qui devrions-nous parler et avec qui travailler, que nous n’avons pas fait jusqu’à présent ? Que devrions-nous faire sans avoir commencé ou pu faire mieux ? Comment pouvons-nous mieux transformer les engagements politiques et les lois en actions concrètes dans la vie des femmes et des filles ?

 

HL : Quels sont les efforts réalisés en matière de santé sexuelle et de la reproduction avec l'IPPF RA

AN : En tant qu'IPPF RA, nous faisons eloge des progrès réalisés en matière d'alphabétisation sexuelle. Parler de sexe devrait commencer tôt dans la vie. Les humains sont des êtres sexuels. Ils naissent avec des organes sexuels. L’alphabétisation sexuelle doit être adaptée à l’âge et au contexte. Une sexualité saine donne a l'etre humain l'opportunite d'exprimer volontairement ses desirs sexuels d'une facon agreable qui le facilite aussi de faire des experiences avec le moins de risque possible. À moins que nous ne commencions à parler plus ouvertement de ces problèmes, nous continuerons à avoir des problèmes tels que les maladies sexuellement transmissibles, notamment le VIH et le sida, résultant de rapports sexuels non protégés. Nous continuerons également à témoigner une incidence plus élevée de violence sexuelle et sexiste et une incidence croissante de grossesse chez les adolescentes. Ces difficultés résultent en partie de rapports sexuels non protégés, de personnes qui enfreignent les droits d’autres personnes, qui ne sont pas prêtes à le faire ou qui n’ont pas suffisamment de connaissances pour faire des choix éclairés. Il est donc très important de parler de sexe et de droits connexes pour que chacun soit bien informé et capable de faire des propres choix

 

Je suis également heureux des progrès réalisés dans le travail avec les jeunes, non seulement en tant que bénéficiaires, mais également en tant que partenaires. Tout aussi important pour nous est l'investissement - des ressources financières et techniques - dans le renforcement du leadership des jeunes afin que nous ayons une meilleure génération de leaders dans le domaine des DSSR à l’avenir. 

 

HL : Quelles sont les défis ? A quel niveau doit-on centrer les actions ?

AN : Le continent africain a le taux de fécondité le plus élevé au monde, avec environ 4,6 enfants par femme. Ce n'est pas une surprise étant donné que 24% des femmes n'ont pas accès aux méthodes de contraception. Cela signifie que nous devons augmenter nos investissements dans l'éducation sexuelle et la planification familiale afin de nous permettre de constater une amélioration des problèmes de population et de développement. 

 

HL : Quels sont les engagements pris par l'IPPF RA à ce Sommet de Nairobi

AN : Lors du Sommet de Nairobi, nous avons organisé plusieurs événements afin de partager les connaissances, de soulever des questions critiques, de réfléchir ensemble et de définir conjointement la voie à suivre, notamment en termes de mise en œuvre. En outre, nous avons rejoint des partenaires existants et nouveaux pour rechercher des réponses nouvelles et innovantes afin d’accélérer la mise en œuvre des programmes au niveau national. En effet, un changement réel et tangible se produit au niveau national. Des espaces tels que le Sommet de Nairobi sont importants pour articuler les problèmes et prendre de nouveaux engagements qui seront mis en œuvre au niveau national. L'IPPF RA et ses partenaires ont donc travaillé en étroite collaboration avec les départements gouvernementaux pour identifier et hiérarchiser les engagements avant le Sommet, dans plus de 30 pays africains. Ces engagements seront mis en œuvre dès maintenant, après le Sommet ; au niveau national, et nous allons accompagner et suivre leurs évolutions. 

En tant que fédération, nous avons également présentés lors du Sommet de Nairobi nos engagements que nous allons exécuter et atteindre à travers nos 152 associations membres dans le monde.

 

HL : Votre mot de fin.

AN : Les partenaires de développement ont engagé environ un milliard de dollars, tandis que les entreprises du secteur privé se sont engagées à mobiliser 8 milliards de dollars pour soutenir la santé en matière de sexualité et de procréation et l'égalité des sexes. Outre des engagements financiers, des pays comme le Kenya se sont engagés à mettre fin à la mutilation génitale féminine d'ici 2022 au lieu de l'objectif antérieur de 2030. Le Sommet de Nairobi est terminé mais le travail réel doit se poursuivre maintenant, avec une force renouvelée. À la région Afrique de l'IPPF, nous continuerons de contribuer à un monde où chaque grossesse est souhaitée et où il n'y a aucun besoin non satisfait en matière de contraception ; qu’il n’y aura plus de décès maternel suite à un avortement à risque ; les violences sexistes et pratiques néfastes, telles que le mariage des enfants et les mutilations génitales féminines, disparaitront avec les résultats de nos efforts de plaidoyers pour le changement positif des lois et textes législatifs dans les pays. Car nous sommes convaincus que nous avons besoin de lois et de normes plus progressistes et nous continuons à travailler sans relâche pour catalyser ces changements progressifs, notamment par le biais de la campagne #RightByHer, qui s'appuie sur notre rapport sur l'État des femmes africaines. Nous reconnaissons également que pour que les personnes, en particulier les femmes et les filles, aient accès à de meilleurs services de santé sexuelle et reproductive, elles ont besoin d'informations et d’éducation sexuelle complète dans un format utilisable, adapté et dans les meilleurs délais.